dimanche 18 janvier 2015

Quand une nuit....

Ca devient de plus en plus difficile de poster quelque chose éclairé par la lumière du jour! Autant à cause du fait que les journées sont courtes que du fait que je passe la majeure partie de ma vie à l'école. C'est simple : quand je pars, il fait nuit. Et quand je reviens....et ben aussi!

Je me rebelle donc ce soir, en ne postant des photos que de ce que je vois le soir en rentrant chez moi.

Quelques belles trouvailles et aucune lumière du jour ici! Je fais grève de gris de ciel jusqu'à ce que les beaux jours reviennent!


Jolie maison dans la nuit. Tellement hâte de la voir couverte de neige ou sous un grand soleil.

 Je ne vous avais pas montré le nouveau bleu de ma cuisine??







Si vous voulez tout savoir à propos de l'élevage de phasmes, je suis devenue une spécialiste!


A terme, tout ça méritera un vrai billet, mais pour l'instant info en vrac : j'ai une correspondante aux Pays-Bas avec qui je fais du mail art! C'est difficile (mon anglais est loin d'être parfait!) et ça prend du temps, mais cela promet de belles découvertes. Affaire à suivre...




Encore et toujours ma tête de lit-lampe de chevet que j'adore. 


Et...enfin....ma bola commandée chez Nature et Découvertes, mes chouchous. Normalement, elle est destinée à un ventre de femme enceinte (et servira peut-être à en décorer un un jour), mais j'ai acheté celle-ci pour le bijou que j'adore et qui est juste magnifique!
Et si un jour elle tinte aux oreilles de mon bébé pendant ma grossesse, alors je glisserai le grelot dans son doudou.

Bisous bisous, passez un très bon lundi!

mercredi 14 janvier 2015

"Nouvelle année, année nouvelle...

... Qu'as-tu sous ton bonnet?"

Pour le moment pas grand chose. Ou plutôt, des milliers de choses. Comme le fourmillement d'une foule bruyante, d'un pays qui se réveille.

Réellement, je crois que c'est cette impression qui me reste depuis la semaine dernière : l'éveil. Ou plutôt, le réveil brutal. Comme un sursaut, un signal d'alarme. "Comme l'éclair dans un ciel pur". Des coups de feu. Et puis, comme diraient Katherine et Liliane (on n'a pas le droit de s'empêcher de rire), un peuple mort de peine.

Elle me touche tellement, cette phrase.

Et maintenant, ne plus pleurer chaque soir.

Agir.

Bouger.

Reprendre sa vie, et débloquer du temps pour avancer, et faire avancer les autres.

Bisous bisous, à très bientôt.

mercredi 29 octobre 2014

Me, myself & mes carnets

Depuis toujours, je rédige des carnets de voyage. Je me rappelle très bien d'un de mes premiers carnets décoré d'oursons pour raconter notre première excursion en famille à Disneyland. Et je l'ai toujours. Avant ça, je me souviens que je m'amusais beaucoup à découper des images des immenses livres des coloriage que nous avions petits. En les assemblant, je racontais nos vacances.
Ce qui m'amusais beaucoup, petite, est devenue une nécessité. Avec le temps, je suis incapable de me souvenir des détails des voyages, des noms de lieux, des dates, bref, de quasi-tout.
C'est en évoquant le souvenir de notre voyage au Maroc avec mes amies de BTS que je me suis rendue réellement compte de toutes mes lacunes. Hormis une impression générale, je ne me souviens de presque rien.
Donc, maintenant, je note tout! Et particulièrement les noms, les lieux et tout ce qui touche au cinq sens : l'aspect de la pierre sous la main, le goût du haggis, l'explosion visuelle devant certains monuments, ... les odeurs, les sentiments. 
Rédiger un carnet de voyage demande du temps. Dans mon cas, je dois au moins écrire chaque soir, ou de préférence plusieurs fois dans la journée. Alors profitez-en, et bloquez dans vos planning une multitude de restos et autres cafés à destination, le budget qui va avec, et enjoy pour une nouvelle bibliothèque à base de vos plus beaux souvenirs! En moyenne, j'y consacre plusieurs heures lors d'un séjour d'une semaine. C'est un choix, que de sacrifier ce temps pour assurer des souvenirs qui dormiront dans un carnet. Mais quelle fierté en les relisant!




jeudi 16 octobre 2014

Je t'aime, Toscane!

























Les murs orangés de Sienne, les pierres brûlantes de Florence, les villes médiévales, fortifiées, aux ruelles parfois désertes (un vrai bonheur) de Volterra, d'Arezzo, de San Gimignano et des peintures, des peinture, .... et des sculptures partout. Partout.
L'odeur de la citronnelle.
Le goût de la burrata, du basilic et de l'huile d'olive. Le vin de la vallée du Chianti. Les aubergines grillées, le tiramisu, les tomates farcies au riz. Le parmigiano, le pecorino aux poires. Le pesto, le risotto. 
Et les Medicis, les Medicis partout.
La douceur du bois d'olivier sous les doigts...en louches, en tables, en poignées, en planche à découper, et maintenant dans ma cuisine.
Des milliers de personnes qui bourdonnent, tournent, agrippent, font leurs puis relâchent Raphaël, Brunelleschi, Donatello, De Vinci.
Dio, que je t'ai aimée, Toscane.

vendredi 4 juillet 2014

Some pics, sweet life

Ma vie, en ce moment, c'est un peu n'importe quoi. D'un autre côté, je ne pense pas m'être sentie aussi sereine que maintenant depuis un bon moment. J'écris en ce moment de chez moi. Les fenêtres sont toutes grandes ouvertes, certains des volets de l'étage fermés pour conserver la fraîcheur des chambres. les rideaux de la baie vitrée volent légèrement à chaque courant d'air. Et tout ce que j'entends, c'est le chant des oiseaux (je n'ai pas encore réussi à tous les identifier, il y en a tellement !) et le gazouillement d'un bébé (pas le mien, je ne vous ai pas caché autant de choses), qui n'arrive pas à dormir à cause de la chaleur et s'obstine à essayer d'attraper ses pieds alors que, visiblement, ses bras sont encore un peu trop courts.

Dans le jardin, il y a des salades montées en graines, des tomates encore vertes, des fraises et des framboises absolument partout. Et surtout, la forêt juste sous mes yeux.

Je sais qu'à la rentrée, je serai pour la première fois la maîtresse à part entière d'une classe de maternelle. Ce n'est pas vraiment ce que j'aurais voulu. Mais c'est le grand saut, cette fois. J'ai un peu peur. Mais je suis si contente!

Cet été, nous partons en Italie, en Toscane. J'ai des listes plein la tête : de nourriture, de ce qu'il faut mettre à tout prix dans la valise, des villes qu'il ne nous faut rater pour rien au monde, de plantes, de mots.

Ma filleule ne gigote plus, elle dort en fronçant les sourcils. Je vais désherber mon jardin, et je vous offre quelques photos. Passez une merveilleuse journée!