dimanche 18 janvier 2015

Quand une nuit....

Ca devient de plus en plus difficile de poster quelque chose éclairé par la lumière du jour! Autant à cause du fait que les journées sont courtes que du fait que je passe la majeure partie de ma vie à l'école. C'est simple : quand je pars, il fait nuit. Et quand je reviens....et ben aussi!

Je me rebelle donc ce soir, en ne postant des photos que de ce que je vois le soir en rentrant chez moi.

Quelques belles trouvailles et aucune lumière du jour ici! Je fais grève de gris de ciel jusqu'à ce que les beaux jours reviennent!


Jolie maison dans la nuit. Tellement hâte de la voir couverte de neige ou sous un grand soleil.

 Je ne vous avais pas montré le nouveau bleu de ma cuisine??







Si vous voulez tout savoir à propos de l'élevage de phasmes, je suis devenue une spécialiste!


A terme, tout ça méritera un vrai billet, mais pour l'instant info en vrac : j'ai une correspondante aux Pays-Bas avec qui je fais du mail art! C'est difficile (mon anglais est loin d'être parfait!) et ça prend du temps, mais cela promet de belles découvertes. Affaire à suivre...




Encore et toujours ma tête de lit-lampe de chevet que j'adore. 


Et...enfin....ma bola commandée chez Nature et Découvertes, mes chouchous. Normalement, elle est destinée à un ventre de femme enceinte (et servira peut-être à en décorer un un jour), mais j'ai acheté celle-ci pour le bijou que j'adore et qui est juste magnifique!
Et si un jour elle tinte aux oreilles de mon bébé pendant ma grossesse, alors je glisserai le grelot dans son doudou.

Bisous bisous, passez un très bon lundi!

mercredi 14 janvier 2015

"Nouvelle année, année nouvelle...

... Qu'as-tu sous ton bonnet?"

Pour le moment pas grand chose. Ou plutôt, des milliers de choses. Comme le fourmillement d'une foule bruyante, d'un pays qui se réveille.

Réellement, je crois que c'est cette impression qui me reste depuis la semaine dernière : l'éveil. Ou plutôt, le réveil brutal. Comme un sursaut, un signal d'alarme. "Comme l'éclair dans un ciel pur". Des coups de feu. Et puis, comme diraient Katherine et Liliane (on n'a pas le droit de s'empêcher de rire), un peuple mort de peine.

Elle me touche tellement, cette phrase.

Et maintenant, ne plus pleurer chaque soir.

Agir.

Bouger.

Reprendre sa vie, et débloquer du temps pour avancer, et faire avancer les autres.

Bisous bisous, à très bientôt.